Nicolas Daubanes

Accueil > Projets > Dessins > Nichts zu sagen (dessins muraux)

Nichts zu sagen (dessins muraux)

Poudre d’acier aimantée

Détail Détail Façade de la prison Saint Joseph à Lyon, 2015, 350 cm × 300 cm, dessin mural à (...) Nichts zu sagen, 2015, 370 cm × 370 cm, dessin mural à la poudre d'acier (...)
JPEG - 294.8 ko
Façade de la prison Saint Joseph à Lyon, 2015, 350 cm × 300 cm, dessin mural à la poudre d’acier aimantée.
Vue de l’exposition « À l’heure du dessin, 3ème temps », Château de Servière, Marseille, 2015.
JPEG - 377.4 ko
Nichts zu sagen, 2015, 370 cm × 370 cm, dessin mural à la poudre d’acier aimantée.
Vue de l’exposition « À l’heure du dessin, 3ème temps », Château de Servière, Marseille, 2015.

« Nichts Zu Sagen »

"Tel est le cas du wall drawing de Nicolas Daubanes, qui disparaitra avec l’exposition. Le procédé́ utilisé par l’artiste — un dessin réalisé́ à la poudre de limaille de fer aimantée — procure à ses œuvres une conservation précaire, qu’un frottement de la main pourrait effacer.

L’installation Nichts Zu Sagen poursuit son inventaire des prisons de France, dont il représente les façades en utilisant de la limaille d’acier comme celle que produiraient les barreaux d’une cellule limés par le prisonnier. Vouée elle aussi à une disparition imminente, la prison Saint-Joseph à Lyon représentée ici est un élément d’histoire dont l’installation de Nicolas Daubanes révèle l’importance à demi-mots. Ceux de Klaus Barbie lors de son procès en 1987 pour crime contre l’humanité́, que la condamnation à perpétuité́ fera taire définitivement. L’artiste met donc en scène une certaine ironie du sort, celle d’un lieu où les victimes et leur bourreau furent emprisonnés chacun en leur temps, révélant le paradoxe d’une mise au silence des criminels auxquels on ôte la possibilité́ de raconter leur histoire en vertu de la paix sociale..."

Céline Ghisleri

Extrait du texte : Point à la ligne, à Propos de l’exposition « à l’heure du dessin, 3 ème temps » au Château de Servière.

JPEG - 415.3 ko
Détail
© Nicolas Daubanes