Nicolas Daubanes

Accueil > Textes > Mais, comme un murmure… À propos des sabotages de Nicolas Daubanes - Laurence (...)

Mais, comme un murmure… À propos des sabotages de Nicolas Daubanes - Laurence Gossart

Revue numérique Branded #16

Mais, comme un murmure…

... des failles insinuent dans le béton des formes sculptées posées à même le sol.Des forment qui évoquent l’habitat.L’escalier, l’idée même de construction.Des formes comme des fragments d’une unité perdue que pourtant elles suggèrent. Des formes minées de l’intérieur, irrémédiablement rongées sans retour possible.

... comme une maladie qui poursuit son sinistre chemin, dévorant le corps de celui qu’elle habite.Lentement, sûrement, un écho aux gestes résistants des hommes forcés à construire les bunkers sur les côtes de l’Atlantique. A ces masses compactes, denses et imprenables répondent la bravoures des anonymes que l’on a forcé à les bâtir. Des corps d’architecture dont l’unité compacte est vérolée de l’intérieur par le sucre incorporé dans le matériau lui-même. Figure de l’enfermement est aussi figure de l’occupation d’un territoire dont les côtes sauvages des bords de mers sont encore aujourd’hui le témoin. des masses de béton qui s’enlisent dans le sable mais qui résiste malgré tout aux bourrasques, au sel, aux marées.

... comme un mécanique aléatoire mais continue, la destruction du corps s’opère.Nicolas Daubanes condamne le béton armé de ses sculptures par des brassées de sucre. Un geste absurde mais qui porte en lui une corrosion lente et pourtant virulente.On ne sait jamais si la sculpture va céder, mais elle est minée. En profondeur. Ces formes hélicoïdales, escalier ou chaine ADN suggèrent le corps. Une corporéité malaxée et contrainte dans des moules, estampée de l’extérieur tout autant que structurée de l’intérieur. Mais parasitée, infiltrée, dont l’intégrité est menacée. Rongées d’un murmure qui dessine des lignes plus visibles et dont le sombre changement de couleur révèle la présence du processus à l’oeuvre. Au brutalisme apparent répond le raffinement du délitement de la matière qui s’opère sous nos yeux.

... comme des césures dans l’existence, les fissurent des structures s’affirment et donnent à lire sur fragilité par delà leur apparence. Et la solidité factice de ses édifices devenus ruines dès leur conception, édicules acculés à la démolition, cède face à la denrée qui progressivement la gangrène ...

© Nicolas Daubanes